Fast, easy and free

Create your website now

I create my website

voie verte de la ligne Caen Flers 3

Après le tunnel des Gouttes

Après avoir traversé le tunnel des Gouttes, la voie ferrée rentre dans une nouvelle vallée, celle du Noireau, qui la mènera à Condé sur Noireau, petite ville au passé industriel.

Cette vallée très agréable permet à la ligne de nous montrer de nouveaux paysages de la suisse normande.

Nous passerons par le viaduc des Bordeaux pour atteindre la petite gare de Berjou qui en son temps fut une gare de correspondance avec la seconde voie ferrée de la suisse normande qui conduisait à Falaise en passant par Pont d'Ouilly.

Nous nous attarderons sur les usines qui l'entourent.

Longeant le Noireau sur quelques kilomètres, changeant de rives par des petits ponts,  voyage que je vous propose d'effectuer en vélorail, apercevant les restes des filatures de la vallée, nous atteindrons la gare de Pont Erambourg, gare de l'association ACF.

A Pont Erambourg se rejoignent le Noireau et la Vere, vallée tristement célèbre malgré sa beauté pour ses usines d'amiantes.

Elle est appelée la vallée de la mort..

A 1,5 kilomètres la zone d'activité de Condé sur Noireau  nous rappellera l'importance de l'usine Ferrodo.

Une aiguille de voie qui n'a pas été démontée nous informe de la présence d'un ancien site de stockage d'énergie.

La gare de Condé sur Noireau n'est plus que l'ombre d'un passé industriel important.

Reprenant notre route vers Flers, la ligne rentre dans la tranché de Caligny, la halte passées nous rejoindrons à la bifurcation de Cerisy Belle Etoile la ligne Paris Granville pour atteindre la gare de Flers, terminus de la ligne Caen-Flers dont le réseau ferrée a été réduit à sa plus simple expression... 

Flers ....terminus

La gare de Flers était une gare de correspondance entre la ligne Paris-Granville et la ligne Caen-Laval.

Les trains de minerai en provenance de La Ferrière aux Étangs, de Saint Clair de Halouze remontaient vers Caen en passant par cette gare.

Le trafic marchandises pour l'usine du Rocray, l'usine acome à Mortain, et le trafic diffus en plus des besoins pour les usines locales apportait une utilisation intense des voies de triages.

La gare comportait trois quais et quatre voies pour les correspondances entre les trains de voyageurs ainsi qu'un petit dépôt.

Une rotonde de retournement de locomotives est restée longtemps encore utilisable.

Dans les années 80, la fin du trafic sur la ligne Caen-Flers puis l'arrêt des trains pour l'acome via Domfront conduit à réduire le plan de voies.

Progressivement les rails furent démontées et la grande halle devenue inutile fut détruite.

De nos jours, la gare n'a plus fière allure comme beaucoup de nos belles gares.

L'heure n'est plus au trafic ferroviaire intense.

Dans ce contexte, le service marchandises à totalement disparu.

La gare voit de nos jours passer les 4 trains voyageurs Paris-Granville ainsi qu'un omnibus Argentan-Granville.

La vallée du noireau

A peine la sortie du tunnel des gouttes passée, une lègère courbe annonce l'approche du viaduc des Bordeaux, un ancien poste d'aiguillage provenant de Saint Lo dans la Manche rappelle le lieu de raccordement avec l'ancienne ligne Berjou-Falaise, puis en pleine nature se présente la gare de Berjou.

Le lieu retiré, a été marqué par la présence de l'activité des trains pour l'usine du Rocray, empruntant une partie de l'ancienne voie de Falaise considérée dès lors comme un embranchement particulier ainsi que l'ancienne usine de la Vallée qui fabriquait beurre et Fromage proche de la gare.

Un dépôt de gaz liquifié dont la gare servant d'antenne, apporta le dernier trafic de la ligne qui était depuis la fin du trafic minier neutralisée au delà de Berjou en direction de Saint Rémy sur Orne.

La voie ferrée qui avait été équipée pour des trains lourds avec des traverses expérimentales pour l'époque en béton est restée en bon état et ne présente aucun soucis pour faire circuler un train touristique et encore moins des vélorails...

La vallée encaissée du noireau épouse notre voie qui la longe jusqu'à Condé sur Noireau.

Juste après la gare, la ligne traverse une première fois le noireau pour changer de rive.

Passant le Val Pichard, et le premier des deux passages à niveau qui nous mène à Pont Erambourg, les roches deviennent plus abrutes sur le bord de la plateforme apportant une profondeur certaine au paysage encaissé.

Juste après le passage à niveau du Pont Martin, l'ancienne fillature se dresse rappelant le passé d'une région fortement marquée par cette activité.

Le Gr 221 nous tiend compagnie sur quelques dizaines de mètres.

Déjà Pont Erambourg est en approche, un festival de petits ponts nous fait changer de rives par trois fois.

Au fond sur la droite se dresse une ancienne minoterie.

Pont Erambourg, village du coeur de la vallée, nous accueille en gare de l'association Acf, curiosité à ne pas manquer tenue par des passionnés de chemin de fer dont le président actuel est Monsieur Hervé Chancerel.

Sur ce site se dresse la dernière halle à marchandises encore existante de la ligne Caen-Flers.

En contre bas du quai, les restes d'une ancienne fonderie marque sa présence.

Au centre du village converge le Noireau et la Vère.

La vallée de la Vère a été une vallée très industrialisée dont nombres de ruines rappelent la puissance du monde ouvriers de la région.

Pas moins d'une dizaine d'usines ont fait vivre cette vallée.

Elle porte de nos jours le nom de vallée de la Mort au regard du désastre humain engendré par l'utilisation de l'amiante dont les poussières provoquèrent nombre de maladies et dont les retombés ne sont pas terminées.

Quand on sait que 80% des enfants habitants Condé sur Noireau ont connu ou connaissent au moins un parent malade, le mal est dit !

L'arrivée à Condé sur Noireau marque la séparation du Noireau et de notre voie ferrée.

Nous passons la grande usine Honewell (ex valéo) de la Zone Industrielle qui a fermé en 2013, dernière mémoire de l'amiante, usine fabricant des plaquettes de frein.

Un permis de démolir est affiché mais pour le moment tout est figé.

Un gardien continue de surveiller les lieux déserts, jusqu'à quand, lui même ne le sait pas.

Longeant la ville sur sa gauche, nous arrivons en gare de Condé sur Noireau, terminus de notre voyage dans la vallée du Noireau.

Vélorail

Entre Pont Erambourg et le tunnel des gouttes, c'est en vélorail à votre rythme que vous découvrirez le mieux la vallée du Noireau.

Astuce, prenez le départ le midi pour déjeuner au viaduc des Bordeaux, des bancs sont mis à disposition.

Du viaduc, observez le curieux Pont de fer de la route qui n'est d'autre qu'un des éléments des pontons d'Arromanches qui est arrivée ici pour remplacer le pont routier endommagé en 1944, original réemploi qui est resté depuis....

Année 80...fin de trafic

Les années 80 marque la fin du trafic marchandises sur la section reliant Flers à Berjou... après l'image du dernier train composé d'un locotracteur et d'un wagon citerne devant les derniers cheminots qui posent pour la postérité en gare de Condé sur Noireau, le temps du silence était arrivé.

Pont Erambourg, dépot du rail

En arrivant à la gare de Pont Erambourg, la surprise est de taille, des tonnes de ferrailles, des wagons dans tous les sens....de quoi surprendre.

Un réseau de triage insolite rempli de locomotives, wagons et en particulier des wagons postaux lieu d'accueil ...un véritable petit musée du rail s'offre à vous.

Lieu de départ des vélorails en direction de la vallée du Noireau et du tunnel des gouttes, de quoi profiter d'une belle après midi, prenez le temps de revivre la passion du rail que seront vous transmettre les quelques membres actifs de cette association

Condé sur Noireau

La gare de Condé sur Noireau avait été rénovée en 1966, perdant ses deux ailes latérales.

Gare desservant une commune de plus de 5000 habitants, elle disposait d'un plan de voie de triages, d'une belle halle à marchandises, d'une grue de déchargement, d'un parc à bestiaux mais aussi en son temps d'un petit dépôt.

Dernière gare à fermer de la ligne Caen-Flers, elle disposait d'une belle allée couverte de platanes pour s'y rendre.

Traversée de nos jours par la seule voie principale, la gare vandalisée a été murée.

Correspondance

Après la gare de Condé sur Noireau, la ligne passe par la petite halte de Caligny pour rejoindre la bifurcation de Cerisy Belle Etoile....

La V43 poursuivra sa route en Mayenne vers La Rochelle....

La Mayenne qui voyait passer la ligne Flers-Laval, seconde partie de la ligne Caen-Laval.