Fast, easy and free

Create your website now

I create my website

voie verte de la ligne Caen Flers 3

Histoire d'une région

La fermeture de la ligne Caen-Flers dans les annĂ©es 80 n'est que la rĂ©sultante de la lente agonie des industries locales.

Il faut imaginer les emplois détruits sans pour autant trouver des solutions durables pour donner de l'espoir à ce monde ouvrier qui a perdu son outil de travail.

Il est temps que cesse l'appauvrissement de nos campagnes et de nos petites villes dont les vitrines des magasins en disent long sur l'Ă©conomie locale.

Pour cela, il faut créer de nouveaux besoins, de nouveaux métiers, et concevoir le monde différemment.

Dans un monde paradoxalement ouvert et Ă  la fois très individuel, un monde ou la technologie accĂ©lère les moyens de communication et Ă  la fois amplifie l'isolement, nous avons fort Ă  faire.

La mondialisation est l'excuse de tout, façon de nous dire que c'est ainsi, que nous n'y pouvons rien, que nous sommes obligĂ©s de faire comme les autres ou disparaitre...

Et s'il y avait une autre voie que notre histoire nous permettrait de concevoir...., l'avenir nous appartient !

Extrait d'une Lettre d'un militant syndical

Objectif 2020.....

Le 19 mars 2003, réseau ferrée de france décrète la fermeture administrative de la ligne Caen-Flers qui devait conduire à son démantèlement.

Le 21 fĂ©vrier 2006, le tribunal administratif de Nantes annule le dĂ©classement de la section Caen-Saint RĂ©my sur Orne.

Le 25 juin 2009, le conseil général de Basse Normandie adopte le plan rail 2020.

L'Ă©tude de la remise en circulation de l'ensemble de la ligne Caen-Flers est inscrit Ă  l'ordre du jour.

Le 5 juillet 2013, la voie verte parallèle Ă  la voie ferrĂ©e est inaugurĂ©e entre Caen et Grimbosq, elle doit se poursuivre jusqu'Ă  ClĂ©cy par tronçons pour y aboutir en 2016. 

Des questions se posent sur certains passages dans le cadre de la réactivation de la ligne Caen-Flers.

Espérons que ce projet ne soit pas qu'un effet médiatique pour calmer les défenseurs de la ligne Caen-Flers.

Le train pour Laval va partir....

La ligne prend la direction de la Mayenne, quittant la ligne Paris Granville Ă  la bifurcation de la Selle La Forge, qui comptait un poste d'aiguillages ultra moderne, passant par la halte de Messei puis les anciennes gares du Chatellier et Saint Bomer, autres lieux industriels des mines de fer de la ligne, traces de mĂ©moires de gĂ©nĂ©rations de forgerons, mineurs....

Vous y dĂ©couvrirez un petit passage Ă  niveau ou dans son enfance François Morel (les deschiens) venait voir sa grand mère, garde barrières de la ligne, proche de la rivière la Varenne et de ses cĂ©lèbres forges.

La voie verte qui a repris la plateforme de la ligne Flers-Domfront permet un parcours plein de charme dans le bocage.

Il suffit de venir s'y promener pour l'aimer...ne manquer pas le curieux pont mégalithique le temps d'une pose.

Autour de Saint Bomer, la ligne traverse par des petits ponts la Varenne, apportant une petite touche de poésie au parcours.

En approche de Domfront, ville porte de la Normandie, Ă  la puissance de son Donjon, la ligne serpente le long du rocher sur lequel la ville mĂ©diĂ©vale s'est endormie.

La gare de Domfront de style reconstruction comme celle de Thury Harcourt, Mayenne, a perdu tous trafics depuis l'arrĂŞt du service marchandise pour l'entreprise Acome.

Etoile de correspondances entre la ligne Caen-Laval et la ligne Pontaubault-Alençon, elle a perdu toutes ses voies, laissant place à un immense terrain vague.

Après avoir traversĂ© le pont le plus important sur la Varenne d'une longueur de 22m et puis les petites gares de Torchamps et de CĂ©aucĂ© dont il ne reste plus traces, nous rentrons dans la Mayenne.

Ambrière, petite ville tranquille bordĂ©e par les rivières la Mayenne et la Varenne nous accueille dans ce lieu d’oĂą partait les derniers trains du trafic marchandises de la section Mayennaise.

La gare de style Ouest est restée, rappelant bon nombre d'histoires.

Reprenant notre route se prĂ©sente un premier viaduc, le viaduc de la Rosserie, long de 70m traversant la rivière la Mayenne indiquant notre arrivĂ©e prochaine Ă  Saint Loup du Gast, lieu de dĂ©part des vĂ©lorails de la section Mayenne ou 6kms de voie ferrĂ©e ont Ă©tĂ© sauvegardĂ©s, la ligne Flers-Laval ayant pour le reste totalement Ă©tait dĂ©montĂ©e contrairement Ă  la ligne Caen-Flers.

Après Saint Fraimbault de Prières, la voie verte nous conduit Ă  Mayenne, gare encore ouverte aux services voyageurs mais qui ne possède plus de voie ferrĂ©e.

Un projet de remise en circulation de la ligne Mayenne-Laval est abordé depuis de nombreuses années.

Pour le moment, seul un important rĂ©seau de bus continue de frĂ©quenter les lieux de la gare de cette sous prĂ©fecture.

Comme à Laval, cette petite ville mérite un détour sur les rives de la rivière La Mayenne que borde le château fort.

Reprenant notre trajet, le viaduc sur L'Aron, petit frère du viaduc de la Lande nous donne des ailes du haut de ses entrailles.

Après avoir passé les gares de Commer et de Martigné dont la configuration est identique à celle de Berjou, la bifurcation de la Chapelle Anthenaise permettait le raccordement avec la ligne Paris-Brest.

Louverné, dernière gare avant Laval a été transformée en simple halte .

Le lieu connu pour ses fours Ă  chaux, garde de beaux restes de cette industrie disparue.

Laval, capitale de la Mayenne, terminus de notre voyage a perdu toutes correspondances, les voies ferrĂ©es vers Château Gontier, vers PouancĂ©  et vers Caen ayant disparu.

Des travaux dans le cadre de la LGV prévoit la création d'une nouvelle ligne pour relier Le Mans et Rennes à grande vitesse.

En attendant la Mayenne a perdu pratiquement tout son réseau ferroviaire, laissant des villes comme Château Gontier dont la gare a fermé fin 2010 ou comme Mayenne sans correspondance ferroviaire.

A une Ă©poque d'Ă©conomies d'Ă©nergies, n'y avait il pas mieux Ă  faire ?

Le dernier train

Le 27 mars 2014, un train/tram est passé sur ....la route Flers-Laval, à défaut de prendre la voie ferrée !

Le viaduc de l'Aron

TransformĂ© en voie piĂ©tonne, haut de 28m, long de 178m et composĂ© de 7 arches, ne voyant plus passer de train, il a Ă©tĂ© rendu accessible offrant un point de vue sur la vallĂ©e de l'Aron

Il y a 25 ans....les derniers trains quittaient la gare de Mayenne

Après la fermeture de la section Ambrière-Mayenne dont le trafic restreint Ă©tait rĂ©duit Ă  deux Ă  trois wagons, une Ă  deux fois par semaine, le mardi et jeudi après midi, la gare de Mayenne devenue tĂŞte de ligne apporte le dernier service marchandises de la ligne.

L'Ă©toile ferroviaire de Mayenne ayant perdu aussi le trafic restreint pour ErnĂ©e, le lundi, mercredi, vendredi ainsi que pour Javron le mardi et jeudi matin le 13 avril 1987, le train de marchandises quotidien  Laval-Mayenne n'avait plus lieu d'ĂŞtre.

Les derniers wagons pour l'entreprise Moulinex en gare de Mayenne sont les derniers souffles de vie d'un vieux malade après une longue agonie qui conduit au dĂ©mantèlement de la voie ferrĂ©e.

Le déclassement de la section Ernée-Mayenne est effective le 22 février 1991.

Le déclassement de la section Javron-Mayenne est effective le 9 décembre 1992

Le dĂ©classement de la section Ambrière-Mayenne du 22 mars 2000 est abrogĂ© par dĂ©cret du 23 novembre 2007.

Il en est de même pour la section Mayenne-Laval, réintégrant ainsi la voie ferrée dans le réseau national.

Le dĂ©classement de la section Flers-CĂ©aucĂ© est effective le 22 mars 2000

Laval....le dernier train voyageurs

Depuis les annĂ©es 60, les trains directs Caen-Laval avaient disparu, laissant place Ă  de difficiles correspondances en gare de Domfront ou de Flers.

La section Laval-Domfront devait fermer le 31 mai 1970, soit quelques jours après la fermeture de la section Caen-Flers.

Le dernier train portant le n°2480, un autorail picasso, le X3923, pris le dĂ©part Ă  17h50 de la gare de Laval pour Domfront.

Ultime voyage du dernier omnibus marquant un arrĂŞt dans toutes les gares qui passa dans l'insignifiance d'une Ă©poque de fermetures massives de lignes de chemin de fer. 

Il est 19h11, le dernier train termine son service en gare de Domfront, une page est tournée !

Le lendemain toutes les gares de la ligne Flers-Laval sont fermĂ©es Ă  l'exception de Mayenne et Domfront qui gardent un guichet ouvert.

Un service autocar SNCF assurera la relève.

Réduit à deux trajets jusqu'à Domfront puis un seul après l'arrêt des autocars SNCF sur la section Caen-Domfront en 1981, la gare de Domfront ferma à son tour et le service autocar SNCF supprimé.

De nos jours, la gare de Mayenne est toujours ouverte, délivrant des billets dans un lieu qui n'a plus de voies ferrées.

Sa fermeture est intervenue en mai 2017.

Mayenne, une gare sans rails

Un Ă©lu parle de la situation de la gare Ă  la fnaut :

C’est en effet une faute de prospective grave qu’a faite la municipalitĂ© en plaçant le pole culturel en plein milieu. Cela est une contrainte pour le train mais aussi pour une future gare routière Ă  rĂ©nover.  Votre suggestion est intĂ©ressante et mĂ©rite d’être Ă©tudiĂ©e. Mais je crois aussi possible d’envisager de passer devant la gare actuelle.

La FNAUT milite pour le retour du train entre Laval / Mayenne. Elle a le souci de la faisabilitĂ© de ce projet. Après avoir obtenu en 2008 l’abrogation du dĂ©cret de retranchement de la ligne, juridiquement indispensable Ă  la rĂ©alisation du dossier, la FNAUT souhaite que le  train desserve la gare actuelle et que le bâtiment voyageurs SNCF (BV) de Mayenne soit rĂ©utilisĂ© pour des raisons d’économie et de proximitĂ© du centre ville.     

L’espace culturel « le Grand Nord Â» ayant Ă©tĂ© construit Ă  partir de 2008 en plein milieu de «l’espace gare», sauf Ă  passer sur le parvis de l’entrĂ©e de ce bâtiment, l’arrivĂ©e Ă  l’emplacement des anciens quais paraĂ®t compromise. Par contre l’accès cĂ´tĂ© cour est libre.

Suffisamment large, cet espace pourrait accueillir au moins une voie, des quais et se prĂŞterait particulièrement bien Ă  l’intermodalitĂ© en permettant un Ă©change quai Ă  quai avec les transports interurbains par autocar et les bus du futur rĂ©seau urbain de la communautĂ© de communes de Mayenne. Que pensez-vous de cette proposition et soutiendriez-vous l’initiative de la FNAUT ?


Je suis dĂ©jĂ  intervenu Ă  maintes reprises quant Ă  l’utilisation de l’espace public autour de la gare de Mayenne. Dans la charte du Pays Haute Mayenne rĂ©alisĂ©e en 2001, j’avais dĂ©jĂ  insistĂ© pour que l’on note de conserver une emprise suffisante de la gare afin de ne pas obĂ©rer l’avenir quant Ă  l’éventualitĂ© du retour du train Ă  Mayenne. Malheureusement les Ă©lus de l’époque ne semblaient pas aussi concernĂ© par cette possibilitĂ© et ceux qui ont suivi, ils ont continuĂ© d’envahir cet espace !

N’oubliez pas non plus que le train ne s’arrêtait pas en terminus à Mayenne mais prolongeait son parcours vers Ambrières et l’Orne. L’aménagement de la salle omnisports en face le collège Jules Ferry ne favorise pas non plus la poursuite de la voie ferrée. Personnellement, j’ai toujours soutenu cette option et je continuerai à militer en sa faveur en soutenant les initiatives de la FNAUT.

 

Sur l'ancienne ligne Flers-Laval

Juste avant Ambrière, la voie verte commence en pays Mayennais par l'indication d'une borne indiquant Laval 40kms, Orne 0kms, quelques kms plus loin se prĂ©sente la gare d'Ambrière et la traversĂ©e du viaduc de la Rosserie en compagnie de ce qu'il reste de voie ferrĂ©e de l'ancienne ligne Flers-Laval.

La ligne de chemin de fer accompagne le trajet en direction de Saint Loup du Gast, lieu de dĂ©part des vĂ©lorails de cette portion de rails restante.

Une boucle en revenant par le chemin de halage permet de dĂ©couvrir la Mayenne sous ses meilleurs angles.

Le retour du Caen-Laval

La plateforme est pour l'ensemble fonctionnelle à l'exception de la portion Céaucé-Ambrière qui a été déclassée 2 ans après la fermeture du trafic voyageurs, ne voyant plus passer de trains de marchandises.

Le projet de voie verte, appelĂ© la V43, permet de sauvegarder la plateforme, 3 zones de voies vertes pour le moment distinctes permettent de la parcourir ainsi que 3 zones de vĂ©lorails.

La voie verte de la suisse normande qui vous conduit de Caen Ă  Thury- Harcourt (25kms) en attendant le prolongement vers ClĂ©cy.

La voie verte de la Varenne qui vous conduit de la sortie de Flers Ă  Domfront (20kms).

La voie verte de la Mayenne qui vous conduit de l'entrée de la plateforme en Mayenne à La Chapelle Anthenaise (40kms).

Longue de 157 kms, la ligne Caen-Laval fait progressivement son retour par la concrétisation du projet de la V43 (la velofrancette) en direction de la Rochelle et par les vélorails de Mutrécy, de Pont Erambourg, Saint Loup du Gast.....en attendant le train touristique Pont Erambourg-Caligny.

Il vous reste Ă  partir Ă  sa dĂ©couverte sur le chemin du retour du Caen-Laval.

Au plaisir de vous croiser sur sa plateforme......